PROGRAMME UNI-VERT 2016

De la spiruline dans l’aide alimentaire : année n+1 !

Salon agriculture17 (2)

  • Rappel du contexte et de nos objectifs : 

 En France, 9 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, et 4 millions de personnes ont recours à l’aide alimentaire pour satisfaire le besoin vital de se nourrir. Face à l’augmentation constante de l’insécurité alimentaire, la FDPLM a voulu diversifier son offre de produits pour les plus démunis. Elle s’est donc engagée dans une démarche de recherche et développement, basée sur une ressource naturelle d’intérêt, la spiruline, micro-algue utilisée traditionnellement en Afrique pour sa richesse vitamines et nutriments.

Les ressources nutritionnelles  de la spiruline ont été identifiées pour lutter contre la malnutrition dans les pays en voie de développement. La spiruline possède les 8 acides aminés essentiels, qui ne peuvent être synthétisés par l’organisme : isoleucine (indispensable à la croissance), leucine (stimule les fonctions cérébrales), lysine (pour la production des anticorps, des enzymes et des hormones), methionine (riche en soufre et propriétés antioxydantes), phénylalanine (indispensable à la thyroïde), thréonine (améliore la fonction intestinale et digestive), tryptophane (régulateur de la sérotonine)et valine (stimulant naturel des capacités mentales et physiques. Elle est riche en vitamines : vitamine A (bétacarotène) et vitamines du groupe B, vitamine D, E, K. La spiruline est la deuxième source, après le lait maternel, d’acide gamma-linolénique (intervenant dans les processus anti-inflammatoires et immunitaires).  Elle contient une quinzaine de pigments dont la chlorophylle et surtout la phycocyanine (anti-inflammatoire, antioxydante) et de nombreux minéraux. «Aucun autre aliment ne réunit autant de nutriments essentiels à l’homme», selon Bernard Schmitt, endocrinologue, directeur du Centre d’enseignement et de recherches en nutrition humaine (Cernh).  L’industrie alimentaire en propose  sous différentes formes (pâtes, barres de céréales, boissons) mais les quantités de spiruline sont faibles et les procédés de cuisson lui font perdre une grande partie de son intérêt nutritionnel.   Plus généralement proposée sous forme de compléments alimentaires et à des coûts élevés (15€/100 gr.), cette ressource reste inaccessible en France pour les populations en situation d’insécurité alimentaire, alors même qu’elle pourrait combler des carences alimentaires spécifiques, et notamment l’anémie, problème majeur identifié dans l’étude ENFAMS.

Après une étude de faisabilité, réalisée en 2013 avec le soutien de la DRAAF Bretagne et de la Fondation Carrefour,  la FDPLM a implanté en 2015 une unité de culture de spiruline sur le Jardin de Cocagne, de la Croizetière (Riantec), porté par l’association OPTIM’ISM, partenaire du programme.


?????????????
L’association OPTIM’ISM développe et porte des outils d’actions sociales et environnementales sur le Pays de Lorient, destinés à lutter pour l’inclusion sociale par des activités à caractère écologiques. Elle emploie 45 salariés en contrat d’insertion sur deux chantiers d’insertion par le maraîchage biologique à  Riantec et à Pont-Scorff, une entreprise d’insertion du paysage et une entreprise d’insertion de tri des emballages ménagers de Lorient Agglo. Depuis 2014, elle construit un accompagnement alimentaire des personnes à faibles ressources par l’accès à des légumes biologiques à travers des « paniers solidaires » en partenariat avec les CCAS, associations caritatives et l’Université Bretagne Sud. Des ateliers cuisine, jardinage et nouvelle consommation viennent compléter ce dispositif.

Sur le Jardin, la spiruline est désormais cultivée sous serre, en bassins d’eau douce dotés d’un système d’agitation par des roues à aube ou des pompes. Le module expérimental de production se compose actuellement de  2 bassins de 50 m2 et 1 bassin de préparation de 10m2 sous une serre de 237 m2. Deux modules forment un  laboratoire de 45 m2 regroupant la zone de préparation du milieu de culture et les pré-cultures, ainsi que le matériel de laboratoire nécessaire au travail de suivi, complètant le module de production. L’installation de l’outil pilote dans une structure d’insertion déjà existante a démontré que les techniques à mettre en œuvre pour la culture et le séchage se prêtent bien à des actions de formation, pouvant facilement servir de support d’insertion dans le cadre du Jardin de cocagne. Cette unité de production sert de support d’apprentissage pour les salariés en contrat d’insertion et vient compléter l’offre pédagogique proposée par l’association Optim-ism. Les salariés pourront ainsi enrichir leurs activités et leurs compétences et ainsi élargir leurs choix professionnels, notamment sur le secteur des micro algues dont les besoins de main d’œuvre sont en plein essor. La création d’une activité de production de spiruline est une voie de diversification stratégique tant du point de vue des parcours d’insertion que de la production proprement dite. Tout comme la production légumière, la spiruline peut être destinée pour partie aux adhérents du jardin et pour partie aux usagers de l’aide alimentaire sous forme de paillettes à consommer directement ou comme ingrédient dans des produits alimentaires prêts à consommer pour compléter et diversifier les apports nutritionnels des plus démunis.

Les objectifs du projet résident d’une part, dans l’essaimage d’une activité d’insertion construite sur la production de spiruline et d’autre part, dans le développement et la production d’une gamme de produits alimentaires à base de spiruline,  pour les usagers de l’aide alimentaire en intégrant leurs spécificités.

  • Le public visé et le périmètre géographique :

Le programme  UNI-VERT est conçu pour répondre aux besoins nutritionnels des usagers de l’aide alimentaire. La spiruline produite à Riantec est destinée aux personnes ayant recours aux distributions et aux repas organisés dans les différents réseaux habilités : Restos du Cœur, Banques alimentaires, Croix-Rouge, Secours populaires, Épiceries solidaires …

Il vise également à accompagner des personnes rencontrant des difficultés particulières d’accès à l’emploi, en leur proposant d’intégrer – dans le cadre d’un contrat à durée déterminée d’insertion de 12 mois- un support de formation et de mobilisation pour un retour à l’emploi durable. Le programme s’adresse aux bénéficiaires de minima sociaux, aux jeunes sans qualification, aux chômeurs de longue durée, orientés vers le Jardin de Cocagne  par les services publics de l’Emploi et de l’action sociale.
Développé en Bretagne, le programme a vocation au déploiement dans de nombreux territoires, sur lesquels les pré-requis techniques pour la culture de spiruline seront réunis (terrain à valoriser, eau de qualité, conditions climatiques) et des porteurs de projets seront identifiés.

 

  •  Les actions 2016 : 

 

A partir de la station expérimentale créée à Riantec, et des partenariats construits avec des industriels pour la mise au point de produits transformés, le jardin doit disposer d’un lieu ressource pour l’essaimage et la diffusion de la production de spiruline à l’échelle régionale,  puis nationale.

????????????????????????????????????

 

A ce stade, il est essentiel d’adjoindre une seconde serre de production pour :

  1. Développer les volumes de production et augmenter la distribution ;
  2. Développer le support pédagogique pour augmenter le nombre de salariés en parcours d’insertion issus du Jardin ;
  3. Développer l’infrastructure pour renforcer le dimensionnement utile à l’essaimage.

 

 

Afin d’accompagner la distribution des produits auprès des usagers de l’aide alimentaire, un guide doit être élaboré pour proposer des recettes  élaborées par les salariés en parcours d’insertion sur le Jardin de Cocagne  (sur le modèle du guide réalisé par les Paniers de la Mer pour le poisson). Les recettes seront ainsi pensées en fonction des besoins et des contraintes spécifiques identifiées par les personnes en précarité ; elles seront  « économiques » pour cuisiner avec un petit budget et peu de matériel, « équilibrées » pour couvrir les besoins journaliers et valoriser les qualités nutritionnelles de la spiruline, « ludiques » pour créer de la convivialité, donner ou redonner l’envie de cuisiner seul ou en famille,  « accessibles » pour tous, quelques soient les difficultés réelles de compréhension, de lecture ou encore le temps disponible.
 

 

  • La valeur ajoutée du projet 

 Le programme UNI-VERT permettra de développer de nouveaux supports d’insertion socioprofessionnelle ;

  1. diversifier l’offre de produits alimentaires distribués par les associations partenaires de l’aide alimentaire et accompagner leur diffusion auprès des usagers.
  2. créer des emplois par essaimage du modèle auprès d’autres acteurs de l’action sociale et solidaire et former des algoculteurs pour une filière en plein développement, notamment dans le Grand Ouest ;
  3. développer de nouvelles connaissances sur la spiruline et ses propriétés techno-fonctionnelles.

 

  • Les moyens mobilisés et le calendrier d’action 

Le pilote de production est conduit par un encadrant formateur qui bénéficie du concours des partenaires mobilisés dans le cadre d’un consortium. Il a également pour mission de construire le dossier d’essaimage (pré-requis techniques, plans du module de production finalisé, investissements nécessaires, référentiels de formation, rendements attendus et modalités de valorisation de la spiruline). Il proposera aux porteurs de projet un modèle de chantier complémentaire à leur cœur de métier en disposant des informations et la formation relatives aux investissements nécessaires et à la viabilité du modèle économique. Le développement de produits est également accompagné par des acteurs identifiés dans le cadre du consortium (ADRIA technologies).

 

Le projet a une durée de 36 mois  (1er janvier 2015 au 31 décembre 2017).

 

2015

 

Construction du pilote de production

 

Première récolte

 

Formation-test des salariés

 

2016

Extension du site

Distribution des produits conditionnés (paillette)

2ème session de formation de salariés Identification des sites d’essaimage

Conception du guide de recettes

2017

 

1ère campagne d’essaimage

 

Fabrication des pré-séries industriels de produits transformés

 

Distribution des guides de recettes et des produits récoltés (2ème saison)

 

 

  • Le protocole de suivi et d’évaluation

 

Le programme fait l’objet d’une évaluation interne afin de mesurer l’état d’avancement, la pertinence de l’utilisation des financements et l’impact concret des projets par rapport à leurs objectifs initiaux. Les financeurs peuvent vérifier à tout moment l’utilisation faite des fonds versés et réaliser des visites sur site. Afin de permettre un suivi de qualité, chaque semestre, des notes de suivis, des photos relatives au projet et des documents vidéos peuvent être adressés.

 

Le suivi des actions est organisé dans le cadre de comités de pilotage trimestriels et par la production de bilans semestriels réunissant les principaux acteurs et financeurs du projet.  Les documents de synthèse sont établis au terme de chaque comité à partir des données recueillies à partir des logiciels déjà créés et utilisés par par la FDPLM et OPTIM’ISM :

 

– dossier complet d’essaimage : référentiels de création et de formation

 

– indicateurs d’évaluation de la mise en œuvre de la phase d’essaimage : unités créées, emplois, volumes de spiruline produite.

 

– matrice du guide de recettes

 

– bilan et échantillons pré-séries de produits transformés avec synthèse des distributions auprès des opérateurs partenaires

 

  •  Les partenaires et soutiens 

Ce projet présenté par la Fédération et OPTIM’ISM s’inscrit au cœur des ambitions portées par les entreprises dans le cadre la Responsabilité Sociétale et Environnementale. Ils témoignent d’une volonté commune de mobiliser nos énergies et nos compétences au service d’une alimentation saine et de qualité, valorisant nos ressources naturelles, respectueuses de l’environnement et des territoires, accessibles à tous et améliorant la vie, en particulier des plus démunis.  Le programme d’actions que nous soumettons est le fruit d’une réflexion menée avec des bénévoles et des professionnels issus de nombreuses familles de métiers (aquaculture, agroalimentaire, transports et logistique, emploi et formation …) engagés dans une chaîne de solidarité.  Nos actions sont construites, à partir d’une analyse rigoureuse et concertée, de besoins repérés comme autant d’enjeux pour impulser un changement positif de notre système alimentaire. Elles concilient, dans  une démarche ambitieuse et réaliste, les objectifs de réduction de la fracture alimentaire et d’insertion durable des personnes en précarité.

 

Le projet est conçu comme une offre globale de  promotion du bien-être et de la santé par l’alimentation :

– en assurant un approvisionnement en des produits de qualité à ceux et celles qui ne bénéficient pas de ressources suffisantes pour accéder à des denrées de  haute qualité énergétique mais bien souvent trop onéreuses ;

– en élaborant des gammes de produits proposant un optimum nutritionnel mais aussi  la satisfaction des sens  et la découverte de nouvelles saveurs ;

– en accompagnant les choix et les apprentissages culinaires dans une approche ludique, pédagogique et ouverte à tous les âges et  toutes les cultures.

 

Au-delà des emplois et des services que nous souhaitons soutenir, notre programme d’actions est également tourné vers la recherche des nouvelles opportunités économiques et sociales offertes par la culture et l’exploitation des micro-algues. Nous nous inscrivons dans le champ de l’innovation alimentaire avec la spiruline produite et distribuée par les Paniers de la Mer, et ce sont d’autres perspectives d’employabilité déployées pour les salariés en parcours au sein des unités de production « Uni-vert ».  L’ambition de voir se multiplier des ateliers  à dimension humaine, dans lesquels seraient valorisés les savoir-faire et les engagements citoyens,  à partir d’un support de transformation alimentaire guident l es propositions formulées dans le projet  UNI-VERT répondent à leurs aspirations.

 

Des partenaires du projet « UNI-VERT » sont réunis dans un  consortium labellisé par le Pôle d’innovation alimentaire Valorial et soutenu par le Conseil régional de Bretagne

 

ALGOSOURCE TECHNOLOGIES : entreprise spécialisée dans l’ingénierie et la production de microalgues parmi lesquelles la spiruline à destination de la consommation alimentaire humaine. Membre de programmes européens de recherche en partenariat avec l’INRA, le CEA. http://algosource.com/

 

 ADRIA DEVELOPPEMENT : centre technique dédié à la formulation & au développement de produits alimentaires sous contraintes notionnelles, impliqué dans des projets européens d’innovation.http://www.adria.tm.fr/

 

BRIT’INOV : cluster régional d’entreprises développant leurs activités dans les domaines des produits de la mer, la nutrition & la santé. A l’initiative du programme régional de filière BREIZH’ALG.http://www.cluster-mer-nutrition-sante.org/

 

Les partenaires du consortium réalisent un process de fabrication global : production, collecte, transformation & distribution d’une gamme diversifiée de produits alimentaires à haute qualité nutritionnelle à base de spiruline dédiée aux besoins de l’aide alimentaire.

 

L’association OPTIM’ISM met à disposition le terrain pour l’implantation de la culture et les salariés en insertion pour le fonctionnement de la station de culture.

 

Elle distribue la spiruline dans le cadre de l’opération « 30 000 paniers solidaires » et réalise un guide de recettes avec les salariés en insertion et les usagers des paniers solidaires.

 

Les associations d’aide alimentaire du Grand Ouest (29,56, 44, 49) sont également impliqués dans la mise en œuvre du projet :

 

  • Participation aux tests d’acceptabilité des préséries de produits transformés
  • Distribution des matrices de produits
  • Participation aux ateliers de préparation de recettes et création du guide de recettes

 

 

Devenez partenaire du programme UNI-VERT : mettez en place votre politique RSE et agissez en faveur de l’inclusion.

 

Développons ensemble ce projet commun ! Faites un don à notre association, dans le cadre de l’impôt sur le revenu ou de l’impôt de solidarité sur la fortune, et bénéficiez  d’une réduction fiscale de 75% pour les personnes physiques et de 60% pour les entreprises.

 

Pour en savoir plus, contactez Hélène ROCHET, votre interlocutrice partenariats et mécénats :

 

helene.rochet@panierdelamer.fr  Tél : 06.84.11.85.33

 

d069057859ec68379e6f0a7c86d379f2//////////////////